43-La C.H.A.M.

 

Source des informations : l'Etudiant et francemusique.fr

N°43

 

La C.H.A.M. (Classe à Horaires Aménégés Musique)

Est-ce possible de mener de front une activité artistique exigeante et une scolarité dite normale ? Oui, grâce à un dispositif dont on ne loue pas assez les mérites : les classes à horaires aménagés.

Ces cours spécialisés pour apprentis musiciens, du primaire au collège, dont les modalités peuvent énormément varier d’un établissement à un autre.

Dispositif pour petits génies de la musique ?

Classes de niveau ?

Moyen de contourner la carte scolaire ?

 

Les classes à horaires aménagés musicales offrent à des élèves motivés par les activités musicales (instrumentales ou vocales) la possibilité de recevoir, en complémentarité avec leur formation générale scolaire, une formation spécifique dans le domaine de la musique dans des conditions leur garantissant les meilleures chances d'épanouissement.

Cette formation spécifique vise à développer des capacités musicales affirmées dont les prolongements attendus sont la pratique amateur ou l'orientation professionnelle, conformément au schéma d'orientation pédagogique publié par le ministère de la culture. À l'issue de la classe de troisième, les élèves des classes à horaires aménagés musicales auront accès à toutes les filières de l'enseignement général, technologique et professionnel. (Bulletin officiel n°31 du 29 août 2002).

Toutes les CHAM (classes à horaires aménagées musicales) ne s’organisent pas sur le même modèle. À dominante instrumentale ou vocale, avec ou sans allégements horaires, dans une classe à part ou pas, avec tous les cours de musique au sein de l’établissement scolaire ou la plupart d’entre eux au conservatoire ou dans l’école de musique partenaire, il y a différents types de CHAM. Et si ces classes ne sont pas réservées aux seuls très bons élèves, reste à savoir comment fonctionne celle que vise votre enfant.

 

Quelle dominante ? Quel objectif ?

• Première variante en CHAM : la dominante. De l’école primaire au collège, les CHAM peuvent être à dominante instrumentale ou à dominante vocale.

• Deuxième variante : l’objectif visé. Certaines classes à horaires aménagés musicales visent à offrir une pratique optionnelle de la musique dans le cadre scolaire, alors que d’autres répondent aux besoins de futurs musiciens professionnels.

 

Quel aménagement horaire ?

Le volume horaire de l’enseignement musical est souvent plus important dans les CHAM à dominante instrumentale que dans les CHAM à dominante vocale. Pour éviter d’alourdir l’emploi du temps, les heures de cours “classiques” – d’enseignement général – sont généralement plus allégées pour la dominante instrumentale que vocale. Plus la place donnée à la musique est conséquente, plus il est préférable que l’ enfant soit un très bon élève.

 

Devenir musicien sans renoncer aux études

Décrocher un diplôme tout ayant une pratique intensive de la musique, c’est l’objectif visé par la majorité des jeunes gens reçus aux concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur. Mieux vaut alors être très bon élève pour être capable de suivre le même programme que les autres de même niveau scolaire avec moins d’heures de cours.

 

Pas seulement réservées aux meilleurs

Les CHAM ne s’adressent pas uniquement aux futurs musiciens de haut niveau ou aux meilleurs élèves, elles sont ouvertes à tous, mais l’objectif sera alors d’aménager la scolarité de futurs musiciens.

 

Offrir un plus aux élèves des quartiers moins favorisés

Le dispositif est décliné dans les écoles primaires et les collèges, particulièrement au sein de l’éducation prioritaire, avec un objectif bien différent de la professionnalisation visée par les élèves du Conservatoire National.

Au collège Rambaud, où un dispositif CHAM instruments existe depuis 2009.  Le but de ce dispositif est d’offrir un “plus” aux enfants et s’adresse aussi bien aux enfants musiciens ou déjà inscrits au conservatoire de Pamiers qu’aux enfants n’ayant pas accès à la musique sans cela.

 

Pas forcément une classe de niveau

Dans ce cas, l’objectif n’est pas de faire de la classe CHAM une classe de niveau dans laquelle se retrouveraient les bons élèves. La musique est un plus, comme peuvent l’être d’autres options telles que le latin ou le bi-langue. Cela nécessite un investissement conséquent et donc un réel intérêt de l’élève pour la musique. Au collège, on ne choisit pas la CHAM pour mettre son enfant dans une bonne classe car les élèves CHAM sont répartis sur plusieurs classes.

 

Des classes “à part” pour les dominantes instrumentales

En principe, des demi-journées sont libérées pour la pratique de l’instrument et les cours au conservatoire mais les élèves CHAM ne sont pas des élèves à part dans des classes à part.

 

 

VRAI / FAUX

1. Les classes à horaires aménagés sont réservées aux petits musiciens ?   Faux

Créées dans les années 1975, les classes à horaires aménagés ont été pensées avec l’objectif de permettre « à des élèves motivés par les activités musicales (instrumentales ou vocales) la possibilité de recevoir, en complémentarité avec leur formation générale scolaire, une formation spécifique dans le domaine de la musique dans des conditions leur garantissant les meilleures chances d'épanouissement. ».

Concrètement, cela veut dire que les élèves suivent le cursus scolaire ordinaire et ont un temps hebdomadaire dégagé pour se rendre en cours pour suivre leur activité artistique, qu'elle soit la musique, la danse ou encore le théâtre. Et c'est bien le seul dispositif qui permette aux écoliers français d'avoir une scolarité équilibrée entre le parcours scolaire 'ordinaire' et un projet artistique sur du long terme, autrement difficile vu le peu de place que l'éducation artistique occupe dans le curriculum.

2. Les élèves ne suivent pas un programme scolaire complet ?   Faux

Grâce à la convention entre le ministère de la Culture et le ministère de l’Éducation Nationale, les enseignements généraux et artistiques sont pensés dans leur globalité, et les équipes pédagogiques travaillent main dans la main à la fois dans la mise en place des classes à horaires aménagées et dans le suivi des élèves. Du côté de la scolarité générale, l'allègement des horaires sur l’ensemble du programme ne signifie pas pour autant la suppression de certaines matières : selon les textes, toutes les disciplines figurant au programme sont dispensés, mais peuvent être organisées différemment.

En principe, le temps dégagé pour les activités artistiques peut aller de 3h hebdomadaires en primaire et jusqu’à 7h au collège.

3. Il faut être déjà inscrit au conservatoire pour intégrer une classe CHAM ?   Faux

En Primaire, lorsqu'il s'agit des débutants, les acquis en matière de musique ne sont pas nécessaires. Les inscriptions en classes à horaires aménagés sont ouvertes à tous à partir du CE1, et en fonction de l'établissement artistique visé, on y accède sur audition, la commission examine les candidatures notamment en fonction de la motivation des élèves et leurs aptitudes musicales. Par contre, si l'élève rejoint le dispositif au collège, il est utile d'avoir quelques prérogatives musicales pour pouvoir plus facilement suivre le rythme.

4. On ne peut intégrer une classe CHAM qu'au début du cycle ?   Au contraire

Les classes à horaires aménagés ont été historiquement implantées au collège, et le dispositif s'est étendu sur le Primaire au fur et à mesure. Il est donc possible de rejoindre le cursus à horaires aménagés à tout moment, mais en fonction des établissements, les conditions d'accès varient. Le plus souvent les élèves entrent en CHAM soit en CE1 soit en 6ième.

5. Il n'y a pas de CHAM dans mon quartier, je ne pourrai pas en faire ?   Faux

L'accès aux classes à horaires aménagés n'est pas sectorisé, c'est à dire que chaque candidature va être prise en compte. Parfois le désir d'intégrer une structure artistique prestigieuse comme une école de danse ou un conservatoire national oblige l'élève (et parfois la famille entière) à changer non seulement de quartier, mais aussi de région. Par contre, les contraintes logistiques peuvent parfois être décisives si l'élève habite trop loin de l'établissement scolaire et de l'établissement artistique.

6. Il n'y a dans les CHAM que les enfants de bonnes familles ?   Faux

L'origine sociale du candidat, comme d'ailleurs sa provenance géographique, n'a aucune importance. Bien au contraire, les classes à horaires aménagés sont un outil d’inclusion aussi sur le plan social. Comme le critère principal d’intégrer une classe à horaires aménagés est la motivation de s’engager dans un parcours artistique, c’est aussi le moyen d’intégrer tous les élèves, quelle que soit leur origine ou leur milieu social.

7. On accepte que des petits génies ou surdoués ?   Bien au contraire

Ce qui compte pour intégrer une classe à horaires aménagés, c'est la motivation, le projet de l'élève. Et contrairement à ce que l'on puisse croire, les élèves des classes à horaires aménagés ne sont pas que des petits génies au parcours exemplaire.

8. Les élèves sont surchargés de travail, il n'y a que les plus résistants qui y arrivent ?

Ce n'est pas simple de mener de front la scolarité et une activité artistique avec exigence. Mais, l'effet de groupe dans les Cham porte les élèves et le fait qu'ils grandissent ensemble renforce le sentiment de solidarité et d’entraide. Progressivement les élèves apprennent une organisation qui leur permet d'anticiper sur les périodes particulièrement chargées, comme lors des tournées, des concours ou des concerts. Par contre, le soutien des familles peut être déterminant.

9. Une classe à horaires aménagés, cela coûte cher ?   Pas du tout, c'est même gratuit

Selon la loi sur la gratuité de l’enseignement obligatoire en France, les classes à horaires aménagés ne sont pas payantes. Il y a eu plusieurs tentatives de différentes municipalités à instaurer des frais de scolarité pour les élèves en Cham, et la Fédération des Usagers du Spectacle Enseigné fait état de plusieurs procès qui sont en cours actuellement : « Les dispositifs 'horaires aménagés musique danse et théâtre' relèvent de conventions passées entre rectorats, établissements scolaires, villes et conservatoires et sont régis par des textes réglementaires rédigés conjointement par le ministère de la Culture et celui de l'Éducation nationale. Le principe est simple : le parcours artistique de l'enfant en Cham fait partie de sa scolarité obligatoire. L'école publique en France est gratuite : on ne peut donc pas appliquer des frais ou des droits de scolarité. Ce n'est pas FUSE qui l'affirme, ce sont les tribunaux administratifs qui tranchent à chaque fois dans le même sens », rappelle-t-on sur le site de la FUSE.

10. Une classe à horaires aménagés mène fatalement vers les métiers artistiques ?   Faux

Nombreux témoignages des anciens "maîtrisiens" de Radio France prouvent le contraire. D'autant plus que les Cham/Chad/Chat, en fonction de l'établissement scolaire qui les accueillit, préparent à toutes les filières du baccalauréat. Il existe même un ou deux lycées avec Cham par académie.

Les élèves des classes Cham ont un taux extrêmement élevé de réussite aux examens. Par contre, leur niveau scolaire n'est pas forcément très homogène et ils peuvent suivre des filières diverses : de la filière scientifique jusqu’au technologique. Certains décident de poursuivre leurs études artistiques, d’autres s’orientent vers des domaines plus ou moins éloignés.

 

Nous sommes là pour vous aider. Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez nous contacter sur ce site ou à notre adresse mail (ca.parents.eleves@gmail.com) ou encore déposer vos remarques ou questions dans la boîte aux lettres de l’association, située dans l’établissement.

De même pour chaque établissement, et en cas de besoins, un adhérent référent sera là pour vous apporter des précisions.

Copyright C.A.P.E. - Pamiers 09 - 2018

Date de dernière mise à jour : 25/02/2019